18ème dimanche ordinaire

18ème dimanche ordinaire,  Matthieu 14, 13 – 21.

 

Le texte       

Ayant appris que Jean Baptiste avait été décapité, Jésus partit en barque pour un endroit désert, à l’écart.  Les foules l’apprirent et, quittant leurs villes, elles suivirent à pied.  En débarquant, il vit une grande foule de gens.  Il fut bouleversé aux entrailles à leur égard et guérit leurs infirmes.  Le soir venu, les disciples s’approchèrent et lui dirent : « L’endroit est désert et il se fait tard.  Renvoie donc les foules : qu’elles aillent dans les villages s’acheter à manger ! » Mais Jésus leur dit : « Ils n’ont pas besoin de s’en aller.  Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Alors ils lui disent : « Nous n’avons rien si ce n’est cinq pains et deux poissons. » Jésus leur dit : « Apportez-les-moi ici. » Puis, ordonnant à la foule de s’étendre sur l’herbe, il prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction. Il rompit les pains, il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule.  Tous mangèrent et furent rassasiés et, des morceaux qui restaient, on ramassa douze paniers pleins.  Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille (1), sans les femmes et les enfants.

(1) c’est-à-dire 1 % de la population d’Israël qui se montait à environ 500.000 habitants... Il paraît impossible qu’il y ait eu autant de monde dans un lieu désert...

L’homélie.

Cet épisode de la vie de Jésus a dû fort marquer les premiers chrétiens puisque les évangiles relatent ce récit à six reprises.  Deux fois en Matthieu et Marc et une fois en Luc et Jean.  C’est unique !  Mais reste LA question : que s’est-il exactement passé ?  Et là, que d’interprétations !  Ainsi une interprétation rationaliste : il n’y a jamais eu de miracles.  Et de fait, ou bien les gens ne mangèrent que fort peu (selon Renan) ou ils partagèrent leurs provisions... (selon Evely).  Une interprétation mythologique : Jésus, fils de Dieu avait un pouvoir miraculeux.  C’est une interprétation courante dans l’Eglise.  Elle a d’ailleurs appelé ce fait «Multiplication des pains », mettant ainsi  l’accent sur les pouvoirs inouïs de Jésus.  Il se fait, malheureusement, que l’expression « multiplication des pains » ne se trouve dans aucun des six récits...  

Relevons encore une interprétation symbolique : c’est surtout par son enseignement que Jésus a nourri les foules.  Ou une interprétation apocalyptique : nous avons ici un avant-goût du repas dans le Royaume glorieux.  Ou une interprétation sociale : comme Jésus, l’Eglise doit nourrir les affamés du monde.  Ou une interprétation ecclésiastique : Jésus a déjà commencé à rassembler le peuple de Dieu.  Enfin une interprétation eucharistique : ce pain donné aux foules préfigure le pain eucharistique, qui, grâce à son abondance, pourra nourrir l’humanité jusqu’à la fin des temps.  Les douze paniers qui restent préfigurant l’ensemble du peuple de Dieu.  Bien des exégètes contemporains se rallient à cette dernière interprétation.

Que Jésus se soit éloigné dans un lieu désert est peut-être un signe que, à l’opposé du Baptiste, il a voulu éviter de provoquer Hérode et donc de l’amener à de nouvelles violences. Jésus est un homme de paix.  Ce qui le préoccupe ce sont les problèmes des personnes (1).  Il ‘fut saisi de pitié’, dit le missel.  La langue originale dit avec beaucoup plus de force : il fut « bouleversé aux entrailles ».  Cette expression revient souvent dans la Bible, qui ne l’applique pratiquement qu’à Dieu : en voyant la misère des pauvres, les entrailles - féminines ( !) - de Dieu se retournent...  Il est significatif que les évangélistes l’attribuent aussi à Jésus.  Comme ici.  Et Jésus lui-même l’utilise dans la parabole du Samaritain : ...’un Samaritain (2) qui était en voyage arriva près de l’homme : il le vit et ses entrailles en furent bouleversées. Il s’approcha...’ Deux signes que pour Jésus ce Samaritain ne représente pas d’abord un idéal humain mais l’image même de Dieu !  D’autant qu’il ‘s’approcha’ du moribond.   C’est la Bonne Nouvelle de Jésus : « le Royaume de Dieu s’est approché (3) !

Ce qui est frappant encore c’est le contraste entre la proposition des disciples : « que les foules aillent dans les villages s’acheter à manger » et celle de Jésus : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. »  Quel contraste : acheter / donner !  De toute manière la proposition des disciples est insensée : ce n’est pas dans quelques villages épars que plus de cinq mille personnes trouveraient à manger !  Comme s’il y avait là des dizaines de boulangeries bien fournies !  Mais Jésus préconise le don et ce qui frappe c’est qu’il n’envisage pas ce don à partir de riches mais à partir de pauvres !  C’est pareil pour aujourd’hui : s’il fallait attendre que nous soyons riches pour partager, les pauvres auraient bien le temps de mourir !

Je relève enfin deux choses : 1/les gestes et les paroles de Jésus sont quasi les mêmes que pour le repas eucharistique et pour moi c’est voulu.  Ainsi : il prit les cinq pains et les deux poissons/ il lève les yeux au ciel/ il prononce la bénédiction/ il rompt les pains, les donne aux disciples, et ceux-ci les donnent à la foule.  Et 2/cette foule est faite du tout-venant.  Jésus n’a garde de réserver ce pain aux soi-disant « purs », contrairement à l’autorité de l’Eglise qui, aujourd’hui, exclut du Pain de Vie les personnes divorcées remariées ! (4)

(1) Matthieu 9, 36 ;

(2) Luc 10, 29 – 37, remarquons que Jésus n’utilise pas l’adjectif ‘bon’. Non il s’agit d’un Samaritain comme beaucoup... Mais pourquoi les traducteurs se sont-ils permis d’ajouter ce mot aux paroles de Jésus ?

(3) Matthieu 4, 17 ;

(4) voir Matthieu 26, 27 : « Buvez-en tous ! »

Contactez-nous

N'hésitez pas à nous contacter pour tout renseignement complémentaire.

Note: vos informations ne sont pas conservées sur le site web et ne seront utilisées que dans le cadre de la réponse à votre demande.

© 2019 HenriWeber.be - Tous droits réservés.

We use cookies on our website. Some of them are essential for the operation of the site, while others help us to improve this site and the user experience (tracking cookies). You can decide for yourself whether you want to allow cookies or not. Please note that if you reject them, you may not be able to use all the functionalities of the site.

Ok