Fête de la Toussaint

Le texte.    Matthieu 5, 1-12 (Les mots en italique sont plus proches de l’original que ceux du missel)

Quand Jésus vit la foule (1) qui le suivait, il gravit la montagne. Il s’assit (2), et ses disciples s’approchèrent. Alors, ouvrant la bouche, il se mit à les instruire. Il disait :

« Heureux les « à bout de souffle » (3) : le Royaume des cieux est à eux (3a) !

Heureux les doux (4) : ils obtiendront la terre promise (4a)!

Heureux ceux qui pleurent (5): ils seront consolés (5a)!

Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice (6) : ils seront rassasiés (6a) !

Heureux les miséricordieux (7) : ils obtiendront miséricorde (7a)!

Heureux les cœurs purs (8) : ils verront Dieu (8a)!

Heureux les artisans de paix : ils seront appelés fils de Dieu (9a) !

Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice (9): le Royaumes des cieux est à eux (9a) !

Heureux serez-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux ! »

(1) Jésus ne s’adresse donc pas seulement à ses disciples, ni donc aux seuls chrétiens !

(2) Position de l’enseignant.

(3) Ou les pauvres en esprit. Car en araméen, comme en grec : souffle  =  esprit. Donc pauvre en esprit peut se dire tout aussi bien à bout de souffle.

(3a) La formulation de chaque deuxième partie des béatitudes induit que c’est Dieu qui agit. Ce qui donne : Dieu leur donnera dès ici-bas le Royaume ou la terre promise.

(4) Un doux c’est celui qui n’a pas voix au chapitre.   

 (4a) Dieu les consolera.

(5) Ceux qui pleurent un parent, un ami, ou à cause d’une lourde épreuve.

 (5a) Dieu les rassasiera.

(6) Ceux qui aspirent à un monde autre, un monde selon le cœur de Dieu.

 (6a) Dieu leur fera miséricorde.

(7) Ceux qui exercent la miséricorde, ou dont le cœur est gros comme çà.

(7a) Dieu se manifestera à eux.

(8) Ceux qui n’ont qu’une parole, sur qui le pauvre peut donc compter.

 (8a)  Dieu les appellera ses enfants (9a).

 (9) Vouloir un monde autre, selon le cœur de Dieu, ne peut qu’amener des ennuis et même la persécution...  

L’homélie.

Si les quatre premières béatitudes concernent celles et ceux dont la souffrance les pousse à chercher de l’aide et donc à entrer en relation avec autrui, les quatre suivantes désignent celles et ceux qui sont enclins à répondre activement à ces attentes et font donc eux aussi un pas vers l’autre qui souffre.

Attention ! Les béatitudes ne sont pas d’abord un discours moral, du genre  pour être heureux, il faut ‘faire’ ceci, il faut éviter cela. Ce sont bien plutôt de joyeuses paroles de Jésus. Il a maintenant trente ans et a acquis de l’expérience. Or il a rencontré des gens heureux dès ici-bas. Il a  découvert le secret de leur bonheur et  a surtout  observé que ce n’étaient pas ceux à qui l’on pense en premier. Car ce qui cause leur bonheur c’est une réelle pauvreté (mais non la misère !). Ne pouvant en effet s’en remettre à leurs seules forces (en intelligence, caractère, argent...) ces pauvres sont, pour en sortir, poussés à devoir compter sur autrui et donc à entrer en relation. Ce qui pour Jésus signifie entrer dès maintenant dans le Royaume et non devoir attendre un « après », comme on l’a si souvent prêché ! Il a de même découvert le pourquoi du malheur  qu’il a observé chez le riche. Le riche (en argent, intelligence, caractère...), sera en effet plutôt poussé à ne compter que sur lui-même... Pour Jésus, c’est ce risque d’autosuffisance qui est sa malchance car il l’isole.  

Ainsi, Jésus a observé le bonheur dès ici-bas des doux, celles et ceux qui, incapables de s’imposer, sont donc tenus de subir.  Jésus a observé que Dieu vient à eux, comme il console celles et ceux qui pleurent ! Qui n’a jamais observé en effet qu’un malheur (deuil,  détresse, divorce), pousse à crier à l’aide. Et ce ne sont pas alors des bonnes paroles qu’on attend alors et encore moins des bons conseils mais surtout une présence affectueuse. Rappelons-nous de bien des confidences de personnes souffrant d’un deuil : « Grâce aux amis qui sont venus à moi, j’ai senti combien Dieu était proche... Et j’ai vécu autrement mon deuil... »

Jésus a encore observé combien des gens souffrent ici-bas d’inégalités ou de l’égoïsme, de la morgue  des « grands ». Il a senti leur aspiration à un monde autre, un monde enfin juste. Il les assure que Dieu lui-même répondra à leur attente en ce monde.  Et il n’est en rien question de « bons » pauvres ou de victimes ‘vertueuses’ ! Non, pour Jésus, souffrir de la méchanceté des autres suffit pour dès aujourd’hui, être proche de Dieu, se retrouver dans le Royaume.

Dans la deuxième partie des béatitudes, il s’agit plutôt, on l’a vu, de celles et ceux qui sont bouleversés devant la souffrance d’autrui et qui sont portés à réagir en ouvrant leur cœur. Quant à la pureté, elle avait alors un autre sens qu’aujourd’hui. Les cœurs purs c’étaient celles et ceux qui  étaient enclins à tenir parole surtout en cas de difficulté. Pour Jésus, ces gens font déjà partie du monde de Dieu. De même, faire œuvre de paix, c’est être source de vie pour le  monde. Ces personnes sont évidemment contre toute forme de violence, mettant au-dessus de tout un climat de respect pour chacune, chacun. Dieu les considère déjà comme ses filles et ses fils, nous assure Jésus.

Il est enfin malheureusement habituel que celles et ceux qui luttent, les mains nues, pour un monde autre, un monde plus juste, égalitaire, fraternel, que ceux-là subissent la persécution. Jésus en est un exemple type, lui qui fut abattu non par Dieu, comme on l’a dit souvent, mais assassiné par des hommes, membres de tribunaux romains et juifs. Aussi Jésus affirme-t-il avec force que celles et ceux qui luttent, sans violence, pour un monde autre, sont déjà dans le Royaume, ici, maintenant. Aux versets suivants, Jésus confirme ces béatitudes : celles et ceux qui font naître des maintenant le Royaume en ce monde sont « lumière du monde » et « sel de la terre ». Et cela, bien évidemment, quelles que sont leurs convictions ou croyances !

Contactez-nous

N'hésitez pas à nous contacter pour tout renseignement complémentaire.

Note: vos informations ne sont pas conservées sur le site web et ne seront utilisées que dans le cadre de la réponse à votre demande.

© 2019 HenriWeber.be - Tous droits réservés.

We use cookies on our website. Some of them are essential for the operation of the site, while others help us to improve this site and the user experience (tracking cookies). You can decide for yourself whether you want to allow cookies or not. Please note that if you reject them, you may not be able to use all the functionalities of the site.

Ok